Gribouillamini

L'art en intraveineuse

Stanisla Lem – le congrès de futurologie

Attention, Stanislas Lem nous emmène dans un exercice de futurologie sous LSD. Ce roman, très court, limite novella, suit les traces du Pr Ijon Tichy, futurologue de sa profession, lors de sa participation au huitième congrès de futurologie, dans un état imaginaire d’Amérique latine. Dès le début le récit déroule son fil conducteur d’évènements improbables, influencés par des substances en tout genre, absorbées de façon diverse, la plupart du temps de manière involontaire, et vont transporter le protagoniste dans des états où sa perception de la réalité est constamment remise en question.

Le congrès va vite tourner en eau de boudin suite à une révolte populaire, le tout combattu par le gouvernement avec moult doses de psychotropes et autres modificateurs des sens et de la psyché. Le professeur va se retrouver projeté dans un futur encore plus trafiqué et devra lutter pour traverser de multiples couches d’altérations de réalités pour découvrir ce qu’est réellement devenue notre société.

Ce livre est incroyable! Ceci pour de multiples raisons. Le format court ainsi que le coté débridé de ce qu’imagine l’auteur nous fait suivre un récit au rythme intense, souvent à la limite du loufoque et du burlesque. J’adore cette science-fiction qui imagine et se projette sans aucune frontière, en gardant une simplicité presque enfantine, où il n’y a pas forcément de raison aux évènements. C’est presque rafraichissant dans notre culture moderne où nous forçons peut-être, parfois, trop le trait sur la cohérence, la profondeur et les structures complexes. Stanislas Lem démontre que l’on peut partir avec lui dans un délire où une maigre intrigue n’empêche pas de porter un propos cohérent et percutant, ouvertement satirique par ces biais hallucinatoires.

Tout au long du récit, nous devons questionner ce qui nous est montré, aux premières loges d’une civilisation qui sombre dans l’illusion collective pour ne plus avoir à affronter sa propre déliquescence et construire un monde imaginaire qui n’est qu’une façade de nos névroses sociétales. De mon point de vue, ce roman a une vision qui reste incroyablement moderne, les substances psychotropes étant juste remplacées par le virtuel et l’immatériel que nous développons et dans lequel nous nous enfonçons toujours plus.

L’autre aspect majeur de ce livre est celui de réussir à montrer avec brio nos dépendances à ce qui nous permet de nous affranchir de la réalité ou du moins de l’altérer suffisamment pour adoucir nos perceptions et rendre nos vies plus agréables, quitte à les fausser et les transformer en un mensonge.

J’apprécie beaucoup cet auteur, car ces oeuvres restent moderneset pertinentes quoiqu’il arrive, aussi bien dans ces propos que dans son style.

A lire d’urgence! Me concernant c’est clairement une oeuvre importante à tout point de vue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *