Ecriture & Cie

Vincent Dubi

Mon premier stage de girevoy

Ce stage et cet article ont été réalisé en 2012 mais vous feront découvrir le déroulement et l’ambiance de ces formations. Cette activité, au même titre que l’haltérophilie, ne s’apprend pas du jour au lendemain et rien ne saura remplacer les cours donnés par des formateurs officiels.

M’étant découvert une passion pour le girevoy depuis quelques semaines et devant la technicité importante de ce sport j’ai décidé de participer à un stage d’apprentissage des mouvements pratiqués. Stage organisé par l’association française de Girevoy Sport et plus particulièrement Stéphane « Dogman » Dauvergne, le stage se déroulant chez lui, à environ 50km au sud de Lyon.

Le stage est conduit par Oleh Ilika, dont le palmarès et le parcours sont plus qu’évocateurs. Ancien sergent instructeur Spetsnaz, ayant pratiqué de nombreux sports, il est devenu par la suite un grand athlète de girevoy. Il détient plusieurs records du monde et le titre de Master of Sport International Class. Il est actuellement président de la fédération italienne de girevoy sport (FGSI), vice-président d’une des plus influentes et ancienne fédération internationale (l’IGSF) et membre de l’association française de girevoy sport (l’AFGS). Il entraine et accompagne régulièrement les pratiquants français pour aider au développement de cette pratique.

Le réveil est plutôt matinal pour les gireviks (pratiquants de girevoy) parisiens, 4 à 5 heures de route nous attendant pour aller chez Dogman, nous décollons donc vers 4 heures du matin. Je retrouve Driss et Clément, deux membres de l’association et de l’équipe de France, pour faire le trajet ensemble. Ils me font découvrir leur passion du girevoy et du sport en général. Après un trajet raccourci par des discussions intéressantes et passionnées, nous arrivons enfin à destination. Le stage se déroule chez Stéphane, dans son local d’entrainement.

Nous sommes 6 à participer au stage, en plus de Stéphane et d’Oleh. 4 des participants font partie de l’équipe de France créée par Stéphane. Le niveau est donc plutôt relevé, nous sommes deux débutants parmi les autres participants, plus aguerris, mais toujours en quête de perfectionnements techniques.

La journée est découpée en deux parties, le matin est consacré au swing et au snatch (l’arraché), l’après-midi aux cleans (épaulés), jerks (jetés), à la technique de rack (propre au girevoy) et au mouvement composé, l’épaulé jeté, appelé long cycle dans notre discipline. Le stage commence environ vers 9h.

Nous commençons donc par la technique de swing, mouvement de balancier permettant de donner de la vitesse à la kettlebell. Cette technique est la base primordiale à acquérir absolument pour continuer sainement sur les autres mouvements. Oleh prend le temps d’expliquer précisément le mouvement en le faisant devant nous, avant de nous inviter à essayer. Pendant que nous nous exécutons avec plus ou moins de succès, Oleh passe devant nous pour analyser et corriger nos mouvements.

Bien que pratiquant depuis quelques semaines et ayant passé du temps à essayer de comprendre les mouvements par le biais de vidéos ou de conseils, je m’aperçois tout de suite que tout ça ne sert pas à grand-chose, rien ne remplace un enseignant compétent et pédagogue. J’ai au début beaucoup de mal à comprendre le mouvement que veut nous faire faire Oleh. Sachez qu’Oleh ne parle pas français, il nous explique tout en italien mais il a une façon de le faire et de s’exprimer avec son corps qui rend tout explicite et facile à suivre. On sent que les mouvements qu’il essaye de nous enseigner sont parfaitement ancrés dans son esprit et son corps, c’est réellement impressionnant. Il a aussi une façon de corriger nos mouvements en les guidant qui rend les conseils plus instinctifs.

De plus Stéphane est aussi là pour nous traduire un peu les explications d’Oleh mais aussi apporter ces propres conseils avec sa façon d’expliquer à lui et son expérience significative, j’ai beaucoup apprécié cela et certains de ces commentaires sont encore dans ma tête. On sent que ce sont des conseils de pratiquant expérimenté qui a un vécu en plus de la théorie.

Il nous fait d’abord exécuter un premier niveau où nous exécutons uniquement le mouvement de balancier, mais sans chercher à faire monter la kettlebell plus haut que la ceinture, ceci pour apprendre la technique d’amorti avec les jambes et d’impulsion pour donner de la vitesse à la kettlebell. Puis vient un second niveau où nous cherchons à envoyer la kettlebell juste au-dessus d’une ligne horizontale passant par la tête.

Moralité, j’ai réellement compris et appris le swing grâce à lui, ce que je faisais avant ressemblait à du swing mais n’en était pas.

La base du swing étant expliquée et appliquée autant que possible, vient le snatch. Même technique d’enseignement, explications approfondies avec démonstrations, puis essais personnels avec corrections en direct par Oleh. Etant peu nombreux cela lui permet de passer du temps avec chacun, c’est vraiment agréable. Il adapte aussi son niveau d’enseignement en fonction du pratiquant, il va par exemple corriger de petits détails chez un pratiquant avancé qu’il ne corrigera pas avec autant d’insistance chez un débutant, sachant que le débutant doit aussi pratiquer pour acquérir la technique, c’est un travail pas à pas. Les conseils d’Oleh sont toujours constructifs, il sait corriger en motivant, c’est appréciable. Il a en plus une énergie communicative.

Avec une technique plus sérieuse de swing, le snatch est facilité, j’ai vraiment l’impression de pouvoir enchainer les répétitions pendant de très longues séries, c’est beaucoup plus fluide. Je m’aperçois grâce à Oleh, que j’ai deux gros défauts, un manque de capacité de stabilisation au niveau des épaules, il m’expliquera quelques exercices spécifiques pour les renforcer. L’autre défaut étant la position de la main sur la poignée, la technique de préhension est vraiment spéciale et complexe à acquérir, contrairement à une barre classique la main doit accompagner le mouvement de la kettlebell suivant des angles pas évidents. Cela demande une technique correcte.

Depuis le début du stage, deux points importants sur lesquels Oleh insiste énormément m’ont plu et fait adhérer encore plus au girevoy:

– la respiration, souvent oubliée dans de nombreux sports, est ici un critère capital de l’apprentissage. Pour pouvoir exécuter de longues séries avec des charges plus ou moins importantes, il faut s’oxygéner correctement. Oleh nous apprend cela, avec une cadence de respiration précise et synchronisée suivant les phases du mouvement. Ne jamais bloquer sa respiration.

– la recherche d’un mouvement fluide, sans tensions, il ne faut pas forcer, aller contre son corps mais lancer un mouvement, l’accompagner sans que le corps soit en opposition, il faut guider sans contrer. Cette logique va de pair avec la respiration, les explications d’Oleh nous montrant bien que c’est une logique générale, développée et expérimentée, cherchant un mouvement sain, homogène et naturel.

Ces deux points évoqués seront les fils conducteurs de la journée, Oleh y faisant référence constamment, nous montrant parfois pendant de longues minutes comment respirer, nous écoutant respirer pendant nos essais afin de nous corriger également là dessus. Je retrouve là des logiques de mouvements que l’on cherche à développer aussi dans la course à pied, le vélo ou d’autres activités comme les arts martiaux.

Après une longue matinée à nous entrainer à ces mouvements nous arrêtons pour la pause repas, à savoir un bon buffet chinois à volonté, croyez-moi il faut bien çà pour refaire le plein d’énergie. Mine de rien la matinée est déjà bien éprouvante, pour le stage j’avais pris une kettlebell de 12Kg et c’était judicieux. Avant de partir manger, Oleh nous a gratifiés de son entrainement de la journée, je crois que le mot impressionnant est trop faible. Rien de mieux qu’une vidéo pour s’en rendre compte:

Reprise du stage après ce repas avec, pour commencer, la technique de rack, importante à acquérir pour ensuite passer sur les cleans et jerks. Cette technique est propre au girevoy, c’est réellement particulier à comprendre et analyser. Il faut chercher une position inhabituelle mais dans laquelle on est capable de se reposer et de rester longtemps. Mis à part mon souci de technique de préhension, je ne m’en tire pas trop mal. Avec tout ce que l’on a fait le matin et la technique de rack en plus, les cleans et jerks paraissent techniquement plus faciles à apprendre. Le clean part d’un swing pour arriver en position de rack. Le jerk partant de la position de rack pour finir dans une position haute identique à celle du snatch.

Vous l’aurez compris c’est donc dans les deux cas la phase intermédiaire qui demande le plus d’apprentissage et de technique. Il faut gérer des changements de position rapidement et surtout à une hauteur correcte. La main doit changer sa position par rapport à la poignée et la kettlebell ayant une vitesse, une direction donnée, il faut intégrer tous ses paramètres pour transformer un mouvement en un autre, toujours en profitant de l’énergie donnée à la kettlebell, sans créer de tensions inutiles. Encore une fois il faut accompagner et guider les mouvements, pas les contraindre.

La fin du stage arriva et ce n’était pas de refus vu l’énergie dépensée pendant la journée, c’est un entrainement technique, mais avec beaucoup d’enchainements pour apprendre les mouvements, au total dans la journée cela représente un volume important et il faut parfois gérer un minimum et ne pas trop en faire pour passer la journée sereinement. S’en suit une remise de certificat de participation de la part d’Oleh, très sympa comme souvenir.

Pendant tout le stage ce que j’ai aussi apprécié c’est la compagnie, l’ambiance était détendue mais studieuse, tout le monde était là pour apprendre et progresser, pas de commentaires mal placés, que des avis constructifs, quelques boutades par-ci par-là, c’était parfait. A certains moments, la fatigue faisant nous nous reposions pendant qu’Oleh passait pour traiter individuellement les mouvements, donc nous apprenions aussi en regardant les autres faire, c’est très instructif, communicatif et crée une bonne ambiance.

D’un point de vue personnel, je suis plus que satisfait de cette journée. Déjà par les connaissances acquises grâce à Oleh, même si j’ai du travail pour améliorer certains points je sens que l’on a vraiment eu toutes les bases nécessaires pour continuer sainement les entrainements et progresser. J’ai eu l’impression toute la journée qu’Oleh nous gravait toutes les informations directement dans le cerveau, tout n’est plus maintenant qu’une question de pratique assidue et sérieuse.

Content aussi de par les personnes rencontrées, très sympathiques, ouvertes et passionnées. J’ai vraiment eu l’impression de rentrer dans une famille conviviale. Oleh en tant qu’enseignant m’a réellement impressionné, il m’a beaucoup rappelé le maitre de karaté que j’ai eu dans le passé, ce sont de grands pédagogues, ils font évoluer les gens à tout point de vue, pas seulement sportif. Humainement il dégage aussi un charisme et une énergie incroyable, c’est une personne à rencontrer absolument dans sa vie.

D’un point de vue pratique, le stage dure environ 8h, il commence à 9h pour finir vers 17h avec une pause repas d’environ 1 heure. Le stage coute 100 euros, à payer en liquide, les banques italiennes prenant une forte commission sur les chèques étrangers. Si vous avez déjà des kettlebells au format officiel, prenez-les, il y en a à disposition mais suivant le nombre de participants cela peut devenir juste. Je vous conseille aussi de prendre de la magnésie, j’avais apporté de la magnésie liquide pour l’occasion qui vu son succès a été bien pratique. Si vous avez des chaussures type haltéro ou approchant, prenez les. Prévoir de quoi se changer, pour l’entrainement les T-Shirts en coton sont préférables, car ils accrochent plus que les vêtements techniques, c’est appréciable pour le rack.

Vidéo du stage:

Si vous êtes intéressé par ce type de stage ou si vous avez des questions sur le girevoy et les kettlebells en général, n’hésitez pas à contacter directement les membres de l’association française de girevoy sport, ils vous accueilleront avec plaisir. Tous les commentaires et appréciations contenus dans cet article sont strictement personnels et n’engagent que moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *